République Démocratique du Congo, Lubumbashi

CVT (Centre Vie pour Tous) à Lubumbashi

Responsable : Lumpungu Mwembo

Le Centre vient en aide depuis 1994 aux enfants de la rue de Lubumbashi en leur apportant une formation pratique et morale en vue de leur insertion sociale. Plus de 650 enfants sont accueillis au Centre d’écoute, dont 150 filles. Ils ont entre 5 et 17 ans. Le Foyer abrite régulièrement 80 enfants.

Les enfants acquièrent une formation agricole en cultivant les champs (2 ha exploités sur un total de 5) appartenant au Centre. En saison des pluies, ce sont des cultures vivrières et en saison sèche des cultures maraîchères. Après plusieurs essais infructueux, le Centre a réussi à récolter 150 kilos de riz destinés à l’alimentation des enfants. Une nouvelle culture a été introduite, celle des bananes.

Toutes ces activités permettent d’assurer une sécurité alimentaire pour le Centre et constituent une source d’autofinancement. La vente des récoltes permet d’acheter savon, huile, sel, habits, tout ce qui ne peut pas être produit. Une partie de l’argent est aussi remise aux enfants qui découvrent ainsi que ce qu’ils espéraient trouver dans la rue leur est procuré par leur travail.

Par ailleurs, la vente d’insectes à but ornemental et de collection constitue une source de revenus. Les commandes sont nombreuses, mais le matériel de capture manque.

Le CVT réussit aussi à gagner de l’argent grâce à la vente « sur internet » de graines de matunlungulu, fruit sauvage d’origine congolaise très prisé… Les jeunes, qui ont travaillé durement pour récolter ces fruits en brousse, ont reçu habits, nourriture et autres cadeaux : ils se sont rendu compte que leur travail peut leur procurer de la joie, pourvu qu’ils y mettent du sérieux.

Le C.V.T. fonctionne à la fois comme centre d’écoute et comme foyer.

Au cours d’entretiens avec les jeunes, les éducateurs leur parlent d’hygiène simple, du danger de fumer la cigarette et surtout d’inhaler l’essence et la colle Patex. Sous l’effet de cette substance, les enfants peuvent devenir dangereux et en particulier s’attaquer aux femmes.

Le C.V.T. s’efforce aussi de réinsérer l’enfant chez ses parents, mais dans de nombreuses familles au Congo, manger est un luxe. Tous les efforts de réinsertion sont alors vains : l’enfant doit se débrouiller pour survivre dans la rue.

Le C.V.T. aimerait pouvoir construire une grande maison où les enfants pourraient dormir et bénéficier d’un entrepôt sécurisé. Un premier pas a été franchi avec l’achat d’un terrain qui permettra la construction d’un bâtiment pour améliorer les conditions de vie des enfants. Mais, le financement manque encore.

 » Gérer les enfants des rues n’est pas facile » déclare Lumpungu Mwembo.  » Il faut tenter avec beaucoup de peine de redresser une situation désespérée, ce qui demande de la patience, beaucoup de moyens et surtout du courage. »

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :