Bénin, Porto Novo

LA PASSERELLE à Porto Novo 

Responsable : Samuel Houssou

A Porto-Novo (capitale administrative, deuxième ville du pays, plus de 700.000 habitants), l’Espace Solidarité Globale Bénin (ESGB) et le GREF (Groupe des Retraités Éducateurs sans Frontières) ont créé pour la première fois en 1998 un point d’écoute pour les filles en situation difficile.

Dans le Centre d’Ecoute, ce sont plus de 320 enfants qui sont reçus chaque année dont plus de 200 filles. Le foyer accueille, pour sa part, plus d’une centaine d’enfants.

La Passerelle répond aux situations les plus dramatiques : entre autres, elle a pu accueillir un bébé de un jour jeté à la rue, des fillettes victimes de viols, et d’autres, de retour du Nigéria, victimes de trafic.

C’est une réussite : les filles, en particulier, se « posent », retrouvent une santé, et surtout découvrent le plaisir de jouer, de chanter, de sourire, de ne plus vivre dans la crainte. C’est alors que le travail de « reconstruction » peut commencer, pour envisager une réconciliation avec leur famille, ou une réinsertion dans le milieu de l’apprentissage ou du travail. Chaque année, ce sont plus de 150 enfants qui sont réinsérés dans leur famille.

Parallèlement, le maire de Porto-Novo a mis en place deux baraques sur deux places publiques, lieux stratégiques et indispensables pour la prévention et l’accueil en milieu ouvert, lieux de repérage et d’écoute, afin de prévenir les situations de crise ou d’orienter les enfants vers les lieux protecteurs.

De nouveaux locaux ont été construits comprenant notamment : réfectoire, salle de cours, dortoirs des formateurs et du personnel d’encadrement. Dans le cadre de la formation professionnelle, des ateliers de couture et de tissage de pagnes ont été mis en service.

La Passerelle a entrepris, depuis plusieurs mois déjà, des activités génératrices de revenus (AGR) : cultures maraîchères et élevage de lapins qui commencent à porter leurs fruits.

Autre projet : une activité de pisciculture, sur un terrain marécageux aménageable et mis à sa disposition par la mairie.

Par ailleurs, une classe maternelle permet d’accueillir gratuitement les enfants des familles « géographiquement proches » qui n’ont pas les moyens de payer. Par contre, les parents venant d’une zone plus étendue apportent une contribution. Une petite « AGR » …

Il est aussi prévu la construction, dans un bâtiment existant et appartenant au centre, d’un dispensaire.

 

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :