Charte de Rufisque

Venus de toutes les régions du monde, réunis à Rufisque au Sénégal en 1995, plusieurs responsables de programmes en faveur des enfants de la rue, forts de leur expérience, ont établi une charte dite « Charte de Rufisque », définissant les principes fondamentaux à l’attention de ceux qui veulent aider les enfants de la rue. A.I.M.E.R. adhère totalement à cette charte.

CHARTE DE RUFISQUE

1. L’enfant de la rue doit être considéré comme un enfant, non comme un délinquant, un asocial, voire un malade.

2. Avant de parler, l’adulte écoute l’enfant, il tient compte de ses désirs. Le rôle de l’adulte est de lui faire distinguer le rêve de la réalité.

3. Ce sont les enfants eux-mêmes qui décident ce qui les concerne personnellement ou collectivement. L’enfant vient volontairement et peut retourner dans la rue s’il le souhaite. Dans les foyers, les décisions sont prises en commun.

4. L’adulte passe un contrat simple avec l’enfant. Ce contrat doit être scrupuleusement respecté. On fera très attention à ne jamais mentir à l’enfant.

5. Chaque fois que c’est possible, la priorité sera donnée à un retour stable et durable dans la famille.

6. Si l’enfant est placé dans un foyer ou une famille d’accueil, il doit vivre sans luxe, dans les mêmes conditions que ce qu’il connaîtra plus tard quand il sera adulte.

7. Les grosses institutions sont totalement bannies.

8. On attachera de l’importance à préserver chez l’enfant les valeurs de la rue (volonté, débrouillardise, solidarité avec les autres enfants …).

9. L’enfant sera élevé dans la religion de ses parents. Tout prosélytisme doit être proscrit.

10. L’enfant doit savoir qu’à partir de notre première rencontre, on ne l’abandonnera jamais même quand il sera adulte.

« Si tu es sérieux, on t’aime, si tu ne l’es pas, on t’aime quand même. »

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :