Burkina Faso, Ouagadougou

Association ABOB à Ouagadougou

Responsable : Sana Léon Degtoumba dit « petit Léon »

Sana Léon Degtoumba (familièrement appelé « Petit Léon » à cause de sa grande taille) est un Burkinabé animé d’une véritable force spirituelle. Dès la naissance de son premier enfant, alors qu’il venait de s’installer à Ouagadougou comme petit commerçant, il a accepté d’adopter des jeunes de son village natal frappés par un décès. Et, plus tard, il a recueilli des enfants qu’il voyait errer dans les rues.

L’association burkinabé d’orphelinat (Bé-sida) qu’il a fondée accueille plus d’une centaine d’enfants garçons et filles de 1 à 26 ans. Elle les loge, les nourrit, les soigne, les scolarise, et si cela s’avère nécessaire, dans son école de rattrapage. Tous les enfants de plus de six ans font du sport. L’association s’efforce aussi d’établir des actes d’état civil pour ces enfants.

Petit Léon suit avec bienveillance l’évolution des enfants à l’école. Après avoir suivi une formation professionnelle certains enfants exercent un vrai métier : carrossier, peintre, mécanicien automobile… Les résultats scolaires sont aussi au rendez-vous: plusieurs ont obtenu le baccalauréat. L’un a réussi ses études d’infirmier, un autre est étudiant en sociologie, et un autre, après une licence de lettres, envisage toujours de suivre un Master dans une grande université européenne.

Il y a sept ans déjà, Petit Léon a démarré de nouvelles activités telles que l’élevage, le jardinage, l’agriculture et la culture maraîchère, ce qui lui permet d’autofinancer en partie ses besoins pour l’habillement, les frais de scolarité et les soins médicaux des enfants

Ces dernières années, en vue d’accroître les revenus de l’association, Petit Léon a commencé de cultiver six hectares supplémentaires et, surtout, il a l’ambition d’ouvrir, sur ce même terrain, un nouveau lieu d’accueil pour les enfants, qui serait autosuffisant grâce à la mise en place d’un centre agro-pastoral. Toutefois, ce projet a pris beaucoup de retard car Abob est toujours à la recherche de fonds pour le financer…

Pour son dévouement à la cause des enfants en détresse, ABOB a reçu en 2006, de l’ONG PLAN Burkina, le Prix pour l’Enfance, d’une valeur de 5 millions de FCFA.

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :